09 décembre 2015 ~ 0 Commentaire

Eugenio Montale ( 1896-1981).

Poète Italien.
Ne nous demande pas le mot qui taille carré
Notre esprit informe, et en lettres de feu,
L’affirme et le fasse resplendir comme un crocus

Perdu au milieu d’une pelouse poussiéreuse.
Ah! l’homme qui s’en va d’un pas sûr,
Et n’a cure de son ombre que la canicule
Imprime sur un mur décrépi!

N’exige pas de nous la formule qui puisse t’ouvrir des mondes,
Mais quelque syllabe difforme, sèche comme une branche.
Aujourd’hui nous ne pouvons que te dire ceci:
Ce que nous ne sommes pas, ce que nous ne voulons pas.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

mesarticlesavendre |
CAP 2002 Français, Histoire... |
petit prince |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ambel house
| PopKult
| michel fugain le blog