16 avril 2014 ~ 0 Commentaire

Kitab-i-qân.

ô mon frère! Prends le pas de l’esprit de sorte que, rapide comme le clignement de l’oeil, tu puisses te projeter au fin fond de l’isolement et du deuil, atteindre le Ridvan de l’éternelle réunion, et dans un souffle communier avec des esprits célestes. Car avec des pieds humains tu ne pourras jamais espérer traverser ces distances incommensurables, ni atteindre ton but. Que la paix soit sur celui dont la lumière de vérité guide vers toute vérité et qui, au nom de Dieu, se tient sur la voie de Sa Cause, sur le rivage de la vraie connaissance.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

mesarticlesavendre |
CAP 2002 Français, Histoire... |
petit prince |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ambel house
| PopKult
| michel fugain le blog