10 avril 2014 ~ 0 Commentaire

PAul Eluard…

L’Amour La Poésie.
La terre est bleue comme une orange
jamais une erreur les mots ne mentent pas
Ils ne vous donnent plus à chanter
Au tour des baisers de s’entendre
les fous et les amours
Elle sa bouche d’alliance
Tous les secrets sous les sourires
Et quels vêtements d’indulgence
A la croire toute nue.
Les guêpes fleurissent vert
L’aube se passe autour du coup
Un collier de fenêtres
Des ailes couvrent les feuilles
Tu as toutes les joies solaires
Tout le soleil sur la terre
Sur les chemins de ta beauté.
Paul Eluard.

 

 

Eugène Grindel, dit: Paul Eluard.Saint -Denis 1895/Beynac, Dordogne, 1952.
Fils d’un agent immobilier installé à Aulnay-sous-bois; Eugène Grindel, atteint d’hémoptysie, séjourne en 1913 dans un sanatorium en Suisse ou il rencontre Gala ( qu’il épouse en 1917; ils auront une fille, Cécile en 1918). Il écrit ses premiers poèmes la même année, qu’il signe du nom de sa grand-mère. Il rencontre Jean Paulhan, André Breton, Aragon; participe aux manifestations  » Dada, rend visite à Freud avec Breton ( 1921); et fait la connaissance de Max Ernst. A partir de 1924, son activité littéraire se confond avec les divers revues et publie Mourir de ne pas mourir ( 1924), Capitale de la douleur ( 1926), L’Amour, la poésie ( 1929). Gala le quitte pour Salvadore Dali; Eluard rencontre celle qu’il nomme Nush, et l’épouse en 1934.
Oeuvre Poétique.
On sait que la poésie lyrique est constamment en grand danger d’être effroyablement menteuse. A vouloir à toutes forces le bonheur, elle farde et maquille la réalité, orne infatigablement ses observations de joliesses, d’oiseaux, de soleils, d’enfants purs et de sourires; elle fait bouillir  » Amour » et rossignols dans un quelconque bouillon »… bref, la poésie lyrique n’est pas rebelle; elle est bien habillée et coiffée, et ne prononce que des paroles très morales. Ce sont là les ombres; la part de lumière n’en est que plus intense. Eluard comme le dit Paulhan, a « gardé le don »; le surréalisme l’ayant délivré de la tâche pénible de  » remplir les blancs » par les chevilles de la poésie classique et sa mythologie convenue, les images ont jailli par lui avec fraîcheur et une exactitude d’une luminosité parfaite.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

mesarticlesavendre |
CAP 2002 Français, Histoire... |
petit prince |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ambel house
| PopKult
| michel fugain le blog