10 avril 2014 ~ 0 Commentaire

Ezra Pound

A peine Défigurée.
Adieu tristesse
Bonjour tristesse
Tu es inscrite dans les lignes du plafond
Tu es inscrite dans les yeux que j’aime
Tu n’es pas tout à fait la misère
Car les lèvres les plus pauvres
te dénoncent par un sourire
Bonjour tristesse
Amour des corps aimables
Puissance de l’amour
Dont l’amabilité surgit
Comme un monstre sans corps
Tête désappointée
Tristesse beau visage.
Dernier poème paru en 1947.
Eluard écrivit ce poème le jour de la mort de Nush.
Vingt-huit novembre mil neuf cent quarante-six
Nous ne vieillirons pas ensemble.
Voici le jour
En trop: le temps déborde.
Mon amour si léger le poids d’une supplice.
Ezra:
Pound
Hailey, Etats-Unis, 1885
Venise, 1972.

A quinze ans, Pound est déterminé à être poète. Il étudie les langues romanes, et muni d’une bourse accomplit un voyage d’étude en Europe en 1906. Il est renvoyé de son poste d’enseignant en Idiana pour avoir abrité une jeune femme sans logis. Pound ne sera jamais plus  » chez lui », le  » cant » ( l’hypocrisie de vertu) l’a chassé. Il s’embarque pour l’ Europe, et écrit son premier recueil de poèmes à Venise ou il vit pauvrement. de 1909  à 1921, il habite Londres; publie articles, poèmes textes critiques, traductions , invente en anglais la poésie chinoise avec Cathay ( 1915), édite des anthologies poétiques, est quelque temps secrétaire de Yeats, rencontre nombre d’artistes, et se marie en 1914. La guerre l’affecte beaucoup parce qu’il voit de magnifique artistes sacrifiés à une  » civilisation pourrie » tués par l’usure. De 1921 à 1924, il réside à Paris, poursuit la rédaction des Cantos commencés en 1915, soutient de nombreux écrivains ( Joyce, Eliot, Hemingway, etc.) avec une grande générosité, et entretient une abondante correspondances. En 1924, parce qu’il aime  » nager » ( dit-il), il s’installe à Rapallo, en Italie, avec son épouse, mais surtout à proximité de sa véritable compagne, la violoniste Olga Rudge. Arrêté en 1944, encgé près de Pise ( ou il écrit la première version des magnifiques Cantos Pisans), emprisonné à Washington, inculpé de haute trahison, il est reconnu fou et interné jusqu’en 1958. Les derniers Cantos achevés sont publiés en 1969. Revenu en Italie, le désespoir et le silence s’emparent de lui en 1961.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

mesarticlesavendre |
CAP 2002 Français, Histoire... |
petit prince |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ambel house
| PopKult
| michel fugain le blog