28 février 2014 ~ 0 Commentaire

La Guerre du Mein

Non classé
L’assassin se glissa entre les battants de pin massif de la porte principale et quitta la forteresse de Tahalian.
Il partit au lever du soleil, sous la vêture commune à un soldat du Mein.
Il était enveloppé dans une cape en peau d’élan.
Elle recouvrait ses jambes et réchauffait sa robuste monture.Sur son torse était sanglé un plastron constitué de deux carapaces de fer moulées enserrant une couche de fourrure de loutre. Il prit la direction du sud, dans un paysage scintillant de gel. Le froid de l’hiver était  si mordant que pendant les premiers jours le souffle de l’homme se cristallisait au sortir de ses lèvres. La vapeur formait une protubérance étrange autour de sa bouche, comme un tunnel éphémère. Des noeuds de glace pendaient à sa barbe et se heurtaient tels des carillons de verre. Il ne croisa presque personne, même quand il traversa des villages d’habitations basses, au toit en forme de coupoles. il aperçut des traces de renards blancs et de lièvres, mais vit très peu d’animaux. Une seule fois, un lynx l’observa depuis un rocher, l’air de ne savoir s’il devait fuir ce cavalier ou lui donner la chasse. Finalement, il resta immobile, et l’homme le laissa derrière lui. Plus tard, il accéda au sommet d’une colline et contempla un rassemblement de rennes dans la plaine en contrebas. C’était un spectacle rare. Tout d’abord, il crut se trouver en présence d’une assemblée du monde des esprits. Puis il sentit l’odeur musquée des animaux, ce qui brisa toute ambiance de mystère. Il passa au milieu d’eux et goûta un plaisir simple à les voir s’écarter devant lui, dans un grondement de sabots qui résonna jusqu’au tréfonds de sa poitrine.
à suivre.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

mesarticlesavendre |
CAP 2002 Français, Histoire... |
petit prince |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ambel house
| PopKult
| michel fugain le blog