22 octobre 2009 ~ 0 Commentaire

l’indouisme à la recherche de la délivrance

Dans la société hindoue, il est de coutume, sitôt le vé, d’aller se baigner à la rivière, ou de prendre un bain chez soi s’il n’y a pas de cours d’eau à proximité. c’est là, pense-t-on un moyen de se purifier. après quoi, toujours à jeun, on se rend au temple pour faire des offrandes de fleurs ou de nourriture au dieu de la localité; des fidèles lavent l’idole et l’enduisent de poudre rouge et jaune.
« Presque toutes les maisons ont un coin de mur, parfois même une pièce entière, réservé au culte de la divinité que s’est choisie la famille. Dans certains endroits, on rend un culte fervent à Ganesha, le dieu à tête d’éléphant. On s’adresse tout particulièrement à lui pour faire réussir une entreprise, car il a, croit-on, le pouvoir d’enlever les obstacles. Ailleurs, on accordera peut être la préférence à Krishna, à Râma, à Durgâ ou à d’autres divinités . Pour les hindous, la vie obéit à un cycle perpétuel dans lequel l’histoire humaine n’a que peu d’importance. Religion sans crédo fixe, sans clergé hiérarchisé ni autorité suprême, l’hindouisme se laisse pas facilement appréhender, malgré la présence en son sein de Svâmi ( enseignant) et de Guru ( ou gourous; maîtres spirituels). Un livre d’histoire le définit à grand traits comme  » l’ensemble des croyances et des institutions qui se sont développées depuis la composition du Veda, ses textes anciens ( et les plus saints), jusqu’à nos jours ». Un autre ouvrage déclare:  » Nous pourrions envisager l’hindouisme comme l’attachement et la dévotion aux dieux Vishnu ou Shiva, à la déesse Shakti, ou encore à leurs incarnations, à leurs manifestations, à leurs épouses ou à leur progéniture ». Cette définition englobe par conséquent le culte de Râma et de Krishna ( deux incarnations de Vishnu), celui de Durgâ, de Skanda et de ganesha ( respectivement l’épouse et les fils de Shiva). Pourtant en dépit des 330 millions de dieux qu’on lui prête, l’hindouisme ne serait pas une religion polythéiste.
A. Parthasarathy, écrivain indien, avance cette explication:  » les indous ne sont pas polythéistes. L’indouisme  ne parle que d’un seul Dieu. Les dieux et les déesses du panthéon hindou servent uniquement à figurer les pouvoirs et les fonctions du seul Dieu suprême de l’univers sensible ».
à suivre

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

mesarticlesavendre |
CAP 2002 Français, Histoire... |
petit prince |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ambel house
| PopKult
| michel fugain le blog